Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 00:49

Tout le travail de Merleau-Ponty dans ses cours au Collège de France (L'Institution/La Passivité) cherche à rendre compte d'une autre thématisation de la Sinngebung (donation de sens) et de la dialectique hégélienne. En un sens il cherche à concilier les deux, d'une part en élargissant la Sinngebung et en l'incluant dans un mouvement vivant d'existence, d'autre part en refusant le caractère synthétique de la dialectique. Ce qu'il récuse dans les deux positions, c'est l'absolutisme du point de vue unique, de la subjectivité toute puissante. Son objectif est de "Comprendre cette naissance et renaissance du sens : sa naissance dans une Nature, sa re-naissance dans un savoir." 

Avec Merleau-Ponty, il paraît nécessaire de tenter de comprendre l'inscription historique de la Sinngebung à l'aune des enjeux de pouvoir constitutifs de la subjectivité. La révolution merleau-pontienne se traduit par le refus de la séparation du sens et du monde. Si notre lecture est la bonne, les conséquences phénoménologiques sont d'une importance capitale, car l'époché (la mise entre parenthèse du monde) ne peut plus être considérée comme efficiente et il faut alors envisager l'émergence du sens dans une configuration dynamique d'ouvertures répétées, c'est-à-dire accompagner le sens dans son mouvement institutionnel.

En conséquence de quoi, la question urgente devient de savoir comment se forme le sens... Quelle logique anime la structure institutionnelle comme condition d'émergence d'une subjectivité devenue relationnelle?

Partager cet article

Repost 0
Published by brouillard-charnel - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

DéfiTexte 23/05/2011 08:51


L’enjeu aujourd’hui est certainement de réconcilier la phénoménologie avec le mouvement. Un mouvement nietzschéen dans lequel cependant on demeure celui que l’on est – tandis que l’on se dépasse
chez Hegel. Peut-être aussi comme le suggère Wittgenstein : l’humain serait comme racine carrée de deux (nature), en développement infini (savoir) tout en demeurant le même. Mais si « racine carrée
de deux » est l’épochè de 1,4142, l’épochè demeure efficiente, mais dans cette sphère logique dans laquelle le géomètre platonicien vit. Où le sens est le x que ce géomètre voit et dont on ne peut
que prononcer le f(x).

Je suis très heureux de connaitre votre blog, très intéressant, que je vais lire autant que j’en ai le temps.